4'

« Nous sommes chez eux »

Le résident, un acteur à part entière

« Monsieur, vous voulez prendre votre douche plus tard ? ». Désormais, c’est au travers d’une nouvelle approche guidée par la méthodologie «  Humanitude » que les collaborateurs de nos EMS s’occupent des résidents. Elle s’exprime par un mélange d’humanité, propre à chacun, et des attitudes adaptées au résident dans son unicité.

L’objectif des établissements intégrant l’« Humanitude » à leurs pratiques est de devenir des lieux de vie plutôt que des lieux de soins.  « Il s’agit de considérer que nous sommes chez le résident : respecter ses habitudes et son autonomie, tout en étant à disposition s’il a besoin d’aide. Par exemple, frapper aux portes avant d’entrer pour respecter son intimité, lui offrir la possibilité de faire la cuisine ou de réparer une lampe ou jouer aux cartes en fin de soirée. », explique Shirley Villard-Saugy, infirmière cheffe d’unité spécialisée (ICCUS) à l’EMS Clair-Soleil.

Et une fois que l’on parvient à changer son regard, c’est irréversible… « Une révélation ! Nos mots se transforment en gestes et en attitudes !», commente Vanessa Gallard, également ICCUS. Cette nouvelle manière de raisonner change le regard des professionnels sur les soins et redonne de la liberté et du temps à chacun.

« L’une de nos résidentes criait tous les matins parce que nous voulions qu’elle prenne son petit-déjeuner à son réveil. Avec une vision « Humanitude » de la situation, nous avons compris qu’avant son entrée en EMS, elle ne prenait jamais de petit-déjeuner. Aujourd’hui, nous avons adapté notre comportement et la laissons se réveiller quand elle le souhaite. Résultat, elle ne crie plus.» raconte Shirley.

La méthode « Humanitude » est-elle adaptée à l’accompagnement des personnes en déficit visuel ?

Bien sûr ! Le défi se trouve dans le manque d’un des trois rapports à l’autre : le regard (les deux autres étant le contact physique et vocal). Notre posture et le ton de notre voix jouent donc un rôle clé dans l’établissement de contacts avec le résident.

Qu’est-ce que l’Humanitude ?

Cette méthodologie de soins venue du Canada promeut un accompagnement personnalisé et respectueux de l’être humain. A pas confondre avec l’humanité, soit le fait d’avoir du cœur et des sentiments, il s’agit de l’ensemble des techniques de mise en relation qui permettent à un homme de se sentir un être humain à part entière.

Qu’avez-vous remarqué depuis son introduction dans les équipes?

Alors que nous n’en sommes qu’aux débuts – l’ensemble des professionnels n’est pas encore formé à la méthodologie -, j’ai déjà vu quelques améliorations comme, par exemple, des résidents qui n’étaient plus mobilisés et qui le sont aujourd’hui. Une résidente était totalement recroquevillée sur elle-même et nous la pensions gravement démente. Aujourd’hui, on la place dans une position qui lui permet l’ouverture au monde et aux autres. C’est un plaisir de voir cette dame sourire et nous tenir des discours cohérents alors que cela n’était encore jamais arrivé !

Qu’en est-il du temps consacré au résident?

Il y a une adaptation du temps et des ressources nécessaires. Si l’on respecte le rythme du résident, il est plus facile à gérer et moins agressif. Les moments de crise deviennent plus occasionnels, c’est donc plus agréable pour les deux parties et, au final, on gagne du temps.

Une résidente de Recordon et Tatiana Silva Pimenta, ICCUS
Et aujourd’hui ?

En avril 2018, lorsque Tatiana Silva Pimenta est arrivée en tant qu’ICCUS à l’EMS Recordon, sa mission était de mettre en place, comme à Clair-Soleil, la philosophie Humanitude et ses 4 piliers (verticalité, toucher, regard et parole) ! « On a tendance à remplacer la personne pour l’aider. Mais nous devons d’abord évaluer ses ressources et ses capacités avant de faire à sa place », nous explique Tatiana. Aujourd’hui, grâce à cette philosophie et aux soignants, les progrès sont flagrants. Aucun des 120 résidents n’est alité ! Dans cet esprit, le lien avec l’extérieur et la nature est important. A Recordon, le mobilier de la terrasse a été changé et un jardin thérapeutique installé. Etape suivante ? Un terrain de pétanque basse vision ! « Les résidents ont adoré l’idée ! Nous pourrons organiser des journées et inviter les résidents de Clair-Soleil pour faire des mini-tournois et des grillades ! ».

Dernière modification: