Vos yeux et le coronavirus : les 6 conseils de votre ophtalmologue

En cette période de pandémie, l’Académie américaine d’ophtalmologie rappelle quelques informations essentielles pour vous aider à protéger votre vision et votre santé.

1. Évitez de toucher vos yeux !

Il est important de se laver les mains, de tousser dans son coude et d’éviter de se toucher le visage et les yeux au maximum. Préférez le port de lunettes à celui des lentilles de contact pendant cette période. Le port de lunettes vous évite de rapprocher vos mains des yeux et surtout du visage.Si vous continuez à porter des lentilles de contact, respectez strictement les conseils d’hygiène pour limiter l’infection.

2. « L’œil rouge » peut être un signe d’une infection par le COVID-19, mais il est rare.

Environ 1 à 2% des patients diagnostiqués positifs au coronavirus présentent l’un des symptômes classiques de la conjonctivite causée par les virus: l’œil rouge. Si votre œil est rouge sans autre symptôme, il n’y a rien d’inquiétant. Vous devez contacter votre médecin traitant si vous présentez en plus :

  • une toux sèche 
  • un essoufflement 
  • de la fièvre
  • une perte du goût et/ou de l’odorat

La conjonctivite virale, qu’elle soit causée par le coronavirus ou par un autre virus, est très courante et n’est pas dangereuse. En cette période, il est aussi possible de souffrir d’une conjonctivite allergique. Nous vous conseillons d’appliquer des compresses froide, des collyres lubrifiants (larmes artificielles) et/ou des antiseptiques.

Retrouvez toutes les informations sur la conjonctivite dans notre brochure à télécharger. Si les symptômes persistent, vous pouvez contacter votre ophtalmologue ou notre hotline d’urgences ophtalmiques au 021 626 81 11 pour déterminer si vous avez besoin d’une consultation à notre hôpital.

3. Le traitement par Hydroxychloroquine administré à certains patients pour traiter le COVID-19 ne vous rendra pas aveugle.

En effet, les patients qui sont déjà sous traitement d’Hydroxychloroquine pour des affections auto-immunes ne présentent que rarement des lésions oculaires. Seuls 1 à 2% des patients développeront des problèmes rétiniens au bout de 5 ans de traitement. Même si les patients atteints de COVID-19 reçoivent le double de la dose, ils ne sont traités que pendant un court laps de temps (1 à 2 semaines).

Par prudence, lors d’un traitement à base d’Hydroxychloroquine, discutez-en avec votre médecin si vous avez plus de 50 ans avec des antécédents de maladie rétinienne, une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) ou une exposition au Tamoxifène (traitement contre le cancer du sein).

4. Que faire si vous avez planifié un rendez-vous chez votre ophtalmologue avant le confinement ?

Si vous n’avez pas de nouvelles de votre ophtalmologue ou de notre hôpital, nous vous conseillons de confirmer votre rendez-vous par téléphone.

Pour respecter au maximum le confinement imposé par la pandémie de coronavirus, la plupart des ophtalmologues ne reçoivent en consultation que les patients souffrant d’une pathologie de l’œil nécessitant des soins urgents.

Si vous suivez un traitement médicamenteux régulier pour votre œil, tel que des injections pour la DMLA, contactez votre ophtalmologue. Il vous précisera si vous pouvez bénéficier de votre prochaine injection.

5. Assurez-vous d’avoir vos médicaments en suffisance !

Si vous mettez des gouttes ophtalmiques ou prenez des médicaments quotidiennement, assurez-vous d’en avoir assez si vous êtes mis en quarantaine. N’hésitez pas à appeler votre ophtalmologue pour qu’il vous envoie une ordonnance.

6. Les symptômes bénins de certaines affections oculaires peuvent être soulagés par des traitements simples à réaliser chez soi.

Certaines affections oculaires peuvent être traitées à domicile, comme la conjonctivite, la sécheresse oculaire, le chalazion ou la fatigue oculaire. Nous vous conseillons des remèdes simples à retrouver dans nos brochures :  

Si les symptômes persistent, appelez votre ophtalmologue ou contactez-nous via la hotline des urgences ophtalmiques au 021 626 81 11.

Source : Académie américaine d’ophtalmologie

Dernière modification: