Photo de Frédéric Recordon

Frédéric Recordon

Le temps du dévouement

Après des années d’études à Heidelberg puis à Paris, Frédéric Recordon s’est installé à Lausanne et a pratiqué la médecine à l’Hospice cantonal puis à Lavey avant d’ouvrir un dispensaire à la rue St-Laurent en 1842. Il y met en pratique ses connaissances ophtalmologiques et son habileté opératoire.

C’est en juillet 1844, grâce au soutien financier d’Elisabeth Jane de Cerjat et de William Haldimand, que Frédéric Recordon peut enfin donner tout son sens à sa vocation en édifiant l’Asile des aveugles, auquel il consacrera l’essentiel de son existence. Sous son impulsion, l’Asile des aveugles ne cesse de s’agrandir et accueille déjà, outre les malades, nombre d’enfants et de personnes aveugles auxquels il offre un toit, une formation et un travail.

Frédéric Recordon est déjà membre du Conseil de santé dont il deviendra, quelques années plus tard, le vice-président. À ce titre, il participera activement à la création de l’Asile des aliénés de Cery puis à celle de l’Hôpital Cantonal.

Travailleur infatigable, médecin doué et consciencieux, il n’est pas fait pour rester immobile…


Histoire

La vision, un sens au cœur de notre quotidien. C’est en effet depuis 1843 que la Fondation Asile des aveugles apporte des solutions médicales et pratiques à toute personne atteinte dans sa santé visuelle, de l’enfance à un âge avancé.

Lire la suite

Elisabeth Jane de Cerjat

Une figure du progrès

Ouverte au progrès et attentive au bien-être des autres, Elisabeth Jane de Cerjat v(...)

Lire la suite