Décollement de la rétine

Qu’est-ce qu’un décollement de la rétine ?

Si l’on compare l’œil à un appareil de photographie, la rétine correspond à la pellicule photographique de ce même appareil. Elle tapisse toute la paroi interne de l’œil et dans certaines situations elle peut s’en détacher ce qui entraîne des altérations de la vue plus ou moins graves (champ visuel voilé, diminution de la vue). Aux alentours de 1920, le lausannois Jules Gonin a découvert le premier qu’un décollement de rétine était toujours précédé par l’apparition d’une déchirure de la rétine au travers de laquelle les liquides contenus dans l’œil pouvaient passer pour s’infiltrer derrière la rétine et la soulever.

Il a démontré également le premier qu’en fermant la déchirure, on guérissait le décollement. Jules Gonin est en cela l’inventeur du traitement chirurgical du décollement de la rétine. Avant Gonin, le décollement de rétine conduisait inéluctablement à la cécité. Jules Gonin a également observé que la/les déchirure(s) de la rétine étaient toujours provoquées par des tractions du corps vitré, sorte de gélatine transparente remplissant la partie postérieure de l’œil.

Quel est le traitement du décollement de rétine ?

Le but de l’intervention chirurgicale consiste à supprimer ces tractions pour que la/les déchirures de la rétine puissent se fermer. Une des façons de procéder, la plus classique, consiste à déformer la paroi de l’œil vers l’intérieur au moyen d’un matériel synthétique suturé sur la surface externe de l’œil. La déformation ainsi produite à l’endroit de la déchirure rétinienne produit un relâchement des tractions du vitré. Le plus souvent cette déformation est obtenue avec une bandelette de plastique placée tout autour de l’œil puis mise sous tension (cerclage) : l’œil perd alors sa forme sphérique pour prendre une forme en sablier. La fermeture de la déchirure est encore renforcée par la création d’une cicatrice locale qui est obtenue soit avec le rayon laser soit avec une brûlure par le froid (cryocoagulation).

Une autre approche chirurgicale, plus moderne, consiste à opérer depuis l’intérieur de l’œil, à l’aide d’un microscope opératoire et de différents instruments miniaturisés qui sont introduits dans l’œil, dont notamment une fibre optique qui fournit l’éclairage nécessaire. Ce type d’intervention permet d’enlever le vitré qui tire sur la déchirure rétinienne. (Vitrectomie)

En fin d’intervention, l’œil est plus ou moins rempli d’air ou de gaz qui va permettre de pousser mécaniquement la rétine contre la paroi de l’œil afin de la recoller. L’air ou le gaz vont alors se résorber spontanément en quelques jours.

Le taux de succès de ces opérations est d’environ 95% et l’hospitalisation ne dépasse généralement pas 1-2 jours. L’intervention s’effectue en anesthésie loco-régionale ou générale.

Un décollement de rétine devrait être en principe opéré dans les jours qui suivent son apparition. En effet, en cas d’attente trop prolongée, la récupération fonctionnelle peut être moins bonne, et des membranes peuvent se former à la surface de la rétine qui perd alors son élasticité et ne peut plus être réappliquée contre la paroi oculaire (vitréorétinopathie proliférative ou PVR des Anglosaxons). Ces membranes peuvent également se former après certains traumatismes perforants de l’œil ou après toute inflammation excessive de l’œil, que celle-ci soit spontanée ou secondaire à une intervention chirurgicale.

Dernière modification: